Du féminin sacré à la paix

Je me suis longtemps prétendue féministe, adepte des oeuvres d’Elisabeth Badinter, grande admiratrice de Simone De Beauvoir, Simone Veil… ces femmes extraordinaires qui ont permis une ouverture de conscience, concrètement une existence juridique nous autorisant plus de choix et donc plus de liberté. Ce qui n’a pas été simple car nous vivons dans une société patriarcale depuis fort fort longtemps, une société où le comportement masculin dans sa globalité domine celui de la femme. Les exemples ne manquent pas, on ne va pas s’étaler…

Mais depuis quelques petites années force est de constater que les vibrations changent et les énergies se tournent vers un équilibre, en tout cas une recherche de cet équilibre homme/femme dans ce qu’ils ont de vrai, de complémentaire, de magnifique avec leur différence qui n’est plus une dualité.

Ca m’a pris fin 2015 je crois, j’ai rêvé de Sainte Philomène toute la nuit ou du moins c’est l’impression que j’avais au réveil. Alors là j’étais surprise d’autant que je n’en n’avais jamais entendu parlé. Suite à mes recherches et une canalisation, j’ai compris que je faisais les premiers pas vers le féminin sacré : Sainte Philomène était une enfant que son père voulait marier à un empereur pour agrandir son territoire. Cette dernière s’est refusée à cet homme qui l’a torturé, puis lui a coupé la tête de rage face à son impuissance. La jeune fille en se respectant dans toute son intégrité était protégé du mal.

Ce sont mes méditations puis mes rencontres qui m’ont aidé non seulement à intégrer cette énergie mais aussi vous aider à en prendre connaissance en touchant notre vérité originelle.

Chaque individu possède une part féminine et une part masculine ( Jung appelle ça l’anima et l’animus).

Développer son sacré féminin pour une femme, c’est être dans la réconciliation, pardonner, se pardonner et se respecter : nous sommes connectés à notre histoire, à nos mémoires de sacrifices, soumission, dépendance, passivité, et travailler sur cette programmation cellulaire nous aide à nous reconnecter à notre sensibilité, notre douceur et nos facultés intuitives originelles. C’est aussi sortir de ces croyances judéo-chrétiennes : Lilith la tentatrice, Eve la pécheresse, Marie-Madeleine la prostituée, pour se reconnecter aux archétypes telles que Vénus, Aphrodite, les 9 muses, la déesse Isis… Le dénominateur commun de toutes ces femmes est la Vierge Marie, notre mère spirituelle qui possède toutes les qualités de la divinité sacrée, qui est en chacun de nous.

Développer son sacré féminin chez un homme ne signifie pas se féminiser! mais s’harmoniser dans ce qu’il est avec sa part masculine majoritaire, c’est accueillir sa sensibilité et une forme d’intelligence plus émotionnelle que mentale. Le masculin sacré peut être symbolisé par une coupe qui reçoit ce que le coeur de l’initiatrice lui transmet.

Harmoniser les énergies du donner/recevoir, à travers un travail d’ouverture du coeur, de pardon, de connexion à soi et à sa divinité, c’est aller dans le sens d’une écologie intérieure. En se respectant, nous respectons ce/ceux qui nous entourent, et prenons davantage conscience, chacun à son rythme, de l’impact sur la planète.

La vie est particulièrement bien faite.

Christine Deyres

Les bons thérapeutes Christine Deyres Bordeaux

Vivre ses émotions