Les pervers narcissiques … Une opportunité !

 

La rencontre avec un pervers narcissique

La rencontre avec un pervers narcissique est magique! Il répond parfaitement à l’attente de l’autre. Avec lui/elle c’est l’apparence du couple idéale. Si ce n’est ces petites remarques qui surgissent de plus en plus souvent, puis ces reproches qui tombent comme un cheveu dans la soupe. Pourquoi il me dit que mes chaussures sont laides alors que je viens de passer la journée chez le coiffeur? Pourquoi elle est persuadée que mon meilleur ami et mes parents la détestent ? Les questions vont fuser de plus en plus jusqu’à la noyade de soi dans l’incompréhension.

Lorsque les patients viennent me voir à ce stade, on fait un travail de reconnexion, d’ancrage, ce qui permet rapidement d’arrêter ce processus de questionnements sans fin qui tire vers le bas et entretient le mal-être. C’est alors que les premières réponses arrivent.

Une maladie psychiatrique

Lorsque le pervers narcissique a fini sa phase caméléon façon « je me fonds en toi », sa proie est ferrée, il peut alors mettre son plan en action. Il a une forme d’intelligence qui dépasse l’entendement et le range au rayon des maladies psychiatriques.

Cloisonner fait parti d’une de ses stratégies. Se contredire avec autant de conviction en est une autre. Rabaisser reste son mode de fonctionnement préféré et encore bien d’autres : vampiriser, faire perdre les repères… c’est un handicapé du coeur.

A la différence du manipulateur, le pervers narcissique pousse à la destruction, voire au suicide.

Son objectif

Attirer sa proie dans son vide existentiel. Le pervers narcissique n’a aucune personnalité, il est fait de carences affectives, de vide et son ambition n’est pas de le combler mais d’amener l’autre dans ce rien porteur d’une trop grande souffrance pour la vivre seul(e).

Est-il conscient de ses actes ?

Il est tout naturellement dominé par son instinct de survie. Il n’a donc aucune conscience de ses actes, ce qui le rend totalement hermétique à toute forme de remise en question.

Il vise le pouvoir, l’argent, le sexe.

Les caractéristiques de la proie

Elle est hyper-sensible, généreuse, intelligente et surtout en mode « sauveuse » pour les autres parce qu’elle n’a pas encore réalisé qu’elle doit se sauver elle-même.

Une opportunité

Les pervers narcissiques sont très forts pour ouvrir en grand les blessures de l’autre et ils sont alors à considérer comme une véritable opportunité pour mettre en conscience ce qui doit être guéri.

De ce que j’ai pu en lire il y a quelques années ou entendre récemment, c’est qu’il faut les fuir ! Moi je dis ben non parce qu’ils vous rattrapent…

Le meilleur moyen de ne plus les attirer et/ou de ne plus être attiré par eux c’est de mieux se connaitre, mieux s’aimer, mieux se respecter… et c’est tout un chemin, c’est l’histoire d’une vie.

Nous sommes tellement chargés de culpabilité, de redevabilité, d’honneur, de devoir, de vengeance… d’illusions !

Ainsi il ne s’agit pas de fuir mais d’accueillir… accueillir qui on est, au-delà du jugement, qui on est avec nos blessures, nos failles afin de les guérir. Que ce soit les 5 fameuses et incontournables blessures de l’âme : la trahison, l’injustice, l’abandon, le rejet, l’humiliation, mais aussi la solitude et la séparation dont nous sommes tous porteurs.

Concentrez-vous quelques minutes et regardez avec le plus de vérité possible quels sont toutes les techniques que vous mettez en place pour éviter de vivre certains de ces états. Techniques au fil du temps épuisantes car contre-nature…

Dans l’une d’entre elles j’y vois toute la force de la loi d’attraction : Mettre de l’énergie dans ce que nous ne voulons pas, nous y propulse. C’est l’histoire de ces femmes qui font tout pour ne pas ressembler à leur mère et qui leur ressemble de plus en plus, ou encore ceux qui ne veulent surtout pas refaire l’erreur de leur parent en terme d’éducation et qui font l’extrême inverse….

Tout ça pour dire, confirmer que rencontrer un pervers narcissique est une opportunité de retrouver ses propres repères. Plus l’épreuve est difficile et plus elle est le moyen de puiser dans ses resources, exploiter de nouvelles capacités et trouver qui on est.

Nietzsche disait : « il faut beaucoup de chaos en soi pour accoucher d’une étoile qui danse ».

Et moi je dis : Le véritable effort, le véritable courage, ce n’est pas de fuir un pervers narcissique, c’est de se prendre en main, voir sa part de responsabilité et accepter de se faire aider….

 

Christine Deyres

Les bons thérapeutes Christine Deyres Bordeaux

 

Christelle Thaeron